Logiciels libres

Qu’est-ce qu’un logiciel libre ?

Un logiciel est considéré comme « libre »  quand le titulaire des droits d’auteur autorise toute personne à effectuer les quatre actions suivantes :

  1. Utiliser le logiciel sans restriction, comme bon  semble ;
  2. Diffuser des copies du logiciel  ;
  3. Étudier le code source (« recette de fabrication ») du logiciel ;
  4. Modifier le code source du logiciel et redistribuer des copies du logiciel modifié afin que d’autres utilisateurs puissent à leur tour en bénéficier et puissent eux-même modifier/redistribuer le logiciels.

Ce qui leur donne non seulement un accès très large (toute personne ayant un ordinateur et accès internet peut en bénéficier),  mais l’effet « boule de neige » qu’ils engendrent créé des communautés d’utilisateurs et de développeurs particulièrement actives qui vont bien des frontières géographiques et il n’est pas rare qu’elles s’étendent sur tous les continents du globe. Cette répartition géographique fait que certaines communautés particulièrement actives œuvrent « jour et nuit » pour ne pas dire littéralement 365 jours par an !

Le fait que le code source du logiciel soit accessible à un grand nombre d’informaticiens a pour effet que l’utilisation des logiciels libres est généralement très sécuritaire. Quant un problème de sécurité ou un bogue est découvert, il y a souvent un grand nombre de personnes susceptibles de proposer une solution au problèmes rencontré.

Depuis quand existe le logiciel libre?

Le concept de liberté n’est pas nouveau: bien que sa popularité ait commencé littéralement explosé à fin des années 1990  (le célèbre projet GNU a démarré en 1983), la liberté  logicielle remonte en fait aux prémisses de l’informatique dans les années 60 et 70. A l’époque où les ordinateurs étaient une ressources rare et dispendieuse destinées majoritairement à des domaines scientifiques, il est était très courant pour un laboratoire de publier et donc partager les code sources des logiciels utilisées qui se retrouvaient à circuler d’un coin à l’autre en étant enrichis petit à petit. Le concept de logiciel libre est donc aussi vieux que l’informatique elle-même !

Quel intérêt ai-je à utiliser du logiciel libre?

S’il était très courant dans les années 60 et 70 qu’un logiciel soit disponible au plus grand nombre et que les constructeurs vendaient avant tout le matériel sans s’occuper de l’aspect mercantile du logiciel, nombre d’entreprises ont très rapidement compris l’énorme manne de profit financier qu’elle pourraient réaliser en « vendant » le logiciel et d’autant plus que la micro-informatique se démocratisait alors très rapidement auprès du grand public. Le modèle économique alors mis en place par les fabricants de logiciels dès cette époque et qui perdure depuis maintenant plus de trois décennies requiert que l’utilisateur finale du logiciel  n’ait entre les mains qu’une « boite noire » dont les plans sont jalousement gardés secrets (de tel logiciels sont dits « propriétaires »). Étant donné qu’il s’agit d’une « boîte noire » pour l’utilisateur final le fabricant du logiciel :

  • Garde pleinement le contrôle sur son logiciel, que vous ne pouvez ni étudier ni le modifier comme bon vous semble;
  • Rend délibérément son logiciel incompatible avec tout logiciel concurrent (ou du moins si partiellement que vous n’avez en fait que peu ou pas intérêt à opter pour un logiciel «concurrent»)
  • Garde secret les formats des fichiers de données manipulés par le logiciels, ceci pour éviter la aussi toute libre-concurrence et vous forcer à….
  • … « acheter » de nouveau le logiciel (tous les 3-4 ans en moyenne) ! Bien sûr il vous sera vanté les mérite d’un logiciel qui-lave-plus-blanc-*que-blanc-avec-un-accès-toujours-plus-rapide-à-internet-et-des-données-encore-plus-fluides-avec-encore-plus-de-possibilités-d’aller-sur-la-lune…. discutable. Tout ce que vous voulez en bout de ligne est que « ça marche », que le logiciels reste facile à utiliser et qu’il soit en mesure de relire vos données.

Question à $100: que se passe t’il si le fabricant du logiciel abandonne tout simplement le logiciel ou que le fabricant disparaît corps et bien? Bon courage pour relire vos données, surtout que tout va très vite en informatique… votre logiciel ne fonctionnera probablement plus avec une version plus récente de Windows ou Mac OS, vous changerez totalement d’environnement matériel, etc. Si pour vous c’est un réel problème, imaginez le casse-tête pour une entreprise ou une administration publique.

Vous pensez-être prise en otage… c’est tout à fait exact. Mais il y a pire : vos données sont prises également en otage. Quoi de plus important sur un ordinateur pour une administration publique, une entreprise ou un individu que ses données?

C’est là un des multiples point fort des logiciels libres ! Non seulement leur code source est connu et donc le format des fichiers de données manipulées l’est aussi, mais en plus ils reposent très souvent sur des standards ou des normes publiques et qui sont établies par des consortiums.  Parmis ces standard, citons l’OpenDocument qui est le format des documents bureautiques manipulés par la désormais bien connue suite OpenOffice/LibreOffice.

Conséquences: vos données sont non seulement découplés d’un logiciel en particulier mais du fait que les logiciels libres se basent sur des spécifications publiques, ils sont peuvent très  facilement fonctionner en interaction les uns avec les autres et donc être interopérables. Advenant que logiciel ABC disparaisse, il fort probable qu’un autre logiciel libre puisse prendre le relais !

 

Liberté et gratuité